Auteurs Il y a 4 auteurs

Résultats 1 - 4 sur 4.
  • Gérard Affagard

    Gérard Affagard est installé dans le sud de la France, entre la plage et l'ordinateur, sa plus grande joie est d'écrire.

    Déjà joué à de multiples reprises par de nombreuses troupes, on retrouve sa modestie et sa simplicite dans son crédo :

    " Ma seule ambition, en écrivant, c’est d’apporter de la bonne humeur. Aussi ne trouverez-vous dans ma production que des comédies, pour procurer du plaisir aux comédiens et par conséquent faire rire le public."

    D’autres pièces vous seront bientôt proposées par Les Editions Allograph…

  • Olivier Sourisse

    C’est assez tôt qu’Olivier Sourisse s’est affranchi de sa Loire natale. Attiré par les extérieurs, d’abord limitrophes à ses origines, il a poussé les portes d’un univers qu’il croyait intense. Et bien que ce fut le cas, c’est est revanche dans la littérature qu’il a trouvé cette intensité que tout adolescent recherche, même au plus profond de soi. D’où son goût, en premier lieu, pour la poésie, puis de la littérature en général.

    D’un point de vue créatif lié à l’écrit, il n’a pas dix ans lorsqu’il dessine des cartes de pays imaginaires, souvent des îles, et dont les personnages qui les peuplent sont à la fois des héros d’ailleurs et des gens rencontrés en vrai. Car si Olivier Sourisse flirte avec l’imaginaire, il reste néanmoins très fidèle à une certaine réalité. Souvent sociale, voire psychologique, son écriture dépeint des systèmes de prime abord progressistes mais qui dans leur ensemble restent très archaïques. Cela se remarque d’ailleurs dans ses écritures dramaturgiques. Ainsi, on ne sera pas surpris de plonger au cœur d’une vie familiale, dont les rapports sont vampirisant. Bien au contraire. Et ce, malgré l’espace géographique aux reliefs multiples qu’utilise Olivier Sourisse.

    Il y a donc dans l’écriture d’Olivier Sourisse une fragilité constante qui démontre ô combien la part manichéenne n’a pas sa place. En effet, aucun des personnages, que ce soit dans ses pièces de théâtre : « Le poteau », « Anna Godhar », « Le Captif », ou encore dans son premier roman « Une vie après l’autre », n’est ni tout bon ni tout mauvais. C’est d’autant plus remarquable dans son écriture que l’on est constamment mis sur une piste de laquelle on va très vite être dévié.

    Outre la préparation de son second roman, « Miss Roroqueen », qui paraitra avant l’été aux Editions Allograph, Olivier Sourisse travaille actuellement sur la mise en scène de sa pièce, « Anna Godhar ».

  • Seamus Mc.Load

    Il y a chez Seamus Mc.Load quelque chose d’insaisissable. Une façon de nous rendre invisible à son contact. Probablement est-ce dû à son tempérament de globe trotter. Une marque de fabrique qu’il sut très tôt utilisée.

    Jamais là où on l’y attend, Seamus Mc.Load parcours les routes, les pays, sans se soucier du lendemain. Il faut dire que chez cet éternel vagabond, le destin n’a pas toujours été une voix limpide et calme. Bien au contraire.

    De sa naissance dans la région de Seattle, vers la fin des années 70, Seamus Mc.Load ne garde en effet que des bribes ; quelques senteurs véhiculées par la forêt du Mont Olympe, ou portées par la Chaîne des cascades qu’il regardait de loin ; déjà le soleil ne l’intéressait plus. Et si elles furent des bribes rapidement, c’est parce que la famille Mc.Load a dû prendre l’avion pour le vieux continent. « C’est la faute au père, toujours au père », répétait le jeune Seamus. Fâché d’abord de tous ces déplacements intempestifs, Seamus en prit assez tôt le bon parti de les utiliser. Au grand regret de ses parents, qui au fur et à mesure de ces déménagements, le perdait de plus en plus. Physiquement et intellectuellement.

    Pas étonnant alors que pour retrouver Seamus dans un endroit bien réel, il faille utiliser des stratagèmes assez cocasses. Et à fortiori, inutile par conséquent de préciser pourquoi Iwan, le héros de la série « Roman 661 », est un être en quête d’un affranchissement situé bien au-delà du raisonnable. Un affranchissement qui se vit surtout à travers la mort des autres. Mais là, nous ne sommes plus dans la vie de Seamus Mc.Load…

    « Roman 661 » est le premier tome d’une série dont le deuxième tome paraîtra en septembre. Parole de Seamus Mc.Load !

  • Vincent Fritschi

    Vincent Fritchi a été cofondateur et comédien du Théâtre des Ateliers à Aix-en-Provence, dirigé par Alain Simon.

    De 1992 au 1995, il est parti vivre à Sarajevo où il a cofondé le Centre Culturel Français André Malraux en 1993.

    De retour en France, il a travaillé à la Scène Nationale de Bonlieu à Annecy en tant que chargé des relations avec le public.

    En 2003, pour des raisons inconnues, il est tombé dans un coma, se réveillant trois mois plus tard sévèrement paralysé et malvoyant. Incapable de lire, il a organisé des lectures publiques à Bonlieu par différentes personnalités dont Michel Piccoli, Hanna Schygulla, Denis Lavant, Dominique Blanc…

    Le spectable de danse "Not For Unsteady Souls", une chorégraphie de Priscilla Newell, dansé par Priscilla Newell et lui-même, créé à la Scène nationale de Bonlieu/Annecy,en avril 2008, fait partie des experiences "étonnantes" de cet amoureux des arts et de la création. Surtout dans un esprit de partage et de groupe.

    Après un premier voyage en Tunisie, en mai 2011, “pour voir la révolution en marche”, il y est retourné pour vivre pendant un an, et écrire un livre : Premier pas à Tunis.

    Photo de Milomir Kovacevic

Résultats 1 - 4 sur 4.

PayPal